Sélectionner la langue:

« Je suis un collaborateur de la transition énergétique »

La transition énergétique n’a pas seulement des conséquences sur la branche dans son ensemble mais aussi sur l’évolution personnelle et professionnelle de ceux qui travaillent dans ce secteur.

Interview avec Peter (45), chef de projet et chef d’équipe adjoint de la planification de lignes de l’unité commerciale de construction de lignes aériennes

Peter a déjà vécu quelques changements au cours de ses 23 ans d’appartenance à la société. Les profils professionnels, les tâches à accomplir ainsi que la branche ont nettement changé au cours de toutes ces années, ce qui a influé sur son parcours professionnel. Au fil du temps, il a pris des décisions personnelles pour sa carrière et a axé ses activités en tant que chef de projet sur l’ingénierie. Il est un fait qu’un pas en arrière pour la carrière peut représenter un progrès sur le plan personnel.

J’ai fait mes débuts dans la société comme dessinateur en bâtiment et j’ai suivi des études par correspondance pour obtenir mon diplôme de géoinformaticien. Mon travail pratique dans le domaine de l’arpentage m’a permis d’approfondir mes connaissances dans la construction de lignes aériennes. Le progrès technique a modifié la technique d’arpentage. Ainsi, au fil du temps, j’ai de plus en plus travaillé dans le traitement de projets avant de devenir chef de projet et chef d’équipe. Au bout de deux ans et demi, j’ai décidé de revenir à l’assistance pratique des projets, qui me tient vraiment à cœur. Aujourd’hui, je suis plus satisfait que jamais et j’ai donc fait les bons choix.

Il y a encore dix ans, la planification de lignes devait surtout répondre à la question de savoir quelles seraient nos tâches à l’avenir ; les grandes lignes de transport d’énergie étaient construites et l’alimentation en courant assurée dans une grande partie de l’Europe. Puis, nous avons été confrontés à la transition énergétique et, avec elle, à de multiples nouvelles tâches. Aujourd’hui, je suis un collaborateur de la transition énergétique et je contribue directement au changement. Maintenant, mon métier implique d’accompagner les clients pour relever les défis posés par un marché exigeant. On peut dire que notre service de planification de lignes développe les lignes de transport d’énergie du nord vers le sud.

Je planifie les lignes de transport d’énergie des grandes lignes à haute tension aériennes, avec par exemple l’emplacement, l’encombrement et l’évaluation des autorisations. Les conditions techniques et les exigences écologiques n’ont cessé d’augmenter au fil des ans et les exigences en matière de planification sont plus compliquées à remplir qu’autrefois. Souvent, le travail pour les projets consiste à trouver des compromis entre le droit de planification, le droit de propriété et le droit environnemental. Nous devons tenir compte de tous aspects lors de la planification pour mettre au point des solutions adaptées pour la construction de lignes et pour satisfaire les clients.

» Ce n’est pas le salaire qui définit mon succès. L’important, c’est que j’aime exercer le métier que je fais. «

Au cours de ces années, j’ai eu l’une ou l’autre proposition d’embauche mais je n’ai jamais vraiment envisagé de changer d’emploi. Bien que je fasse un travail de bureau, le travail pratique a toujours été ce que j’apprécie tout particulièrement. Au sein de notre société, j’ai dès le départ pu combiner ces deux aspects. Et la collaboration collégiale était également une des raisons de rester. Je travaille avec de nombreux collègues depuis des années et la cohésion est très bonne. L’environnement social contribue beaucoup à la satisfaction générale. Finalement, ce n’est pas le salaire qui définit mon succès. L’important, c’est que j’aime exercer le métier que je fais.