Sélectionner la langue:

« Il est important que le travail soit fini »

Arne est quotidiennement sur le chantier avec ses équipes. Le belge polyglotte utilise surtout l’allemand.

Entretien avec le chef de projet Arne sur son travail dans le domaine du transport ferroviaire

Quand Arne se déplace en train en Belgique, il va souvent dans des lieux dont il est fier car il réalise des projets en technologie ferroviaire, depuis septembre 2011, à la demande des gestionnaires d’infrastructure et en collaboration avec ses équipes.

C’était un pur hasard. J’ai appris il y a cinq ans que EQOS Energie était active dans le secteur photovoltaïque et j’ai posé ma candidature. Après deux entretiens, un poste d’assistant s’est présenté en technologie ferroviaire. Les solutions techniques m’ont toujours intéressé et je me suis très vite senti à l’aise au sein du secteur de la technologie ferroviaire.

» Tant que le travail est fait et j’ai beaucoup de liberté pour organiser mes journées. «

Il n’existe aucun projet type, l’éventail va du petit projet qui requiert des modifications simples au niveau d’un mât, au plus grand projet qui nécessite plusieurs années. En tant que chef de projet, je m’occupe principalement de la coordination entre les clients, les collègues et les monteurs sur les chantiers. Cela signifie un service régulier de nuit et le week-end. Mais ce n’est pas un problème tant que le travail est fait et j’ai beaucoup de liberté pour organiser mes journées. Le plus souvent, je travaille simultanément sur un ou deux grands projets et plusieurs autres petits projets. Je passe 50% du temps sur les chantiers et 50% au bureau.

Mon plus grand défi était le projet Livan à Anvers. C’était aussi mon plus grand projet : dix kilomètres de lignes de tramway aériennes et huit kilomètres en tunnel. J’ai géré le projet de A à Z et grâce à la participation de mes collègues, il a pu être finalisé avec succès. La zone sous le tunnel a réservé quelques surprises, mais finalement, tout s’est bien déroulé. Mes collègues et moi sommes fiers aujourd’hui quand nous traversons Anvers car nous avons contribué à ce chantier.